Le Petit Écho de la mode 06 juillet 1924


Un bon mot digne du Palais-Bourbon

Au Fil des Jours

Digne du Palais-Bourbon!

Au cours de sa tournée électorale, un de nos candidats députés passait par un mauvais quart d'heure. Il prononçait un discours particulièrement pathétique et éloquent. Or, toutes les demi-minutes, avec une implacable ténacité, un de ses auditeurs l'interrompait d'un mot à la fois rageur et ironique:

- Fumiste!...

Cela revenait méthodiquement, comme un leit-motiv. Et l'orateur, qui n'y avait pas trop fait attention tout d'abord, s'en trouvait de plus en plus gêné.
-Si cet animal continue, se disait-il, je suis capable de perdre le fil de mes idées et de patauger abominablement.

Il voyait bien aussi que la galerie commençait à se payer sa tête. On riait, on se poussait du coude, on attendait l'épithète méprisante et dérisoire, dont l'effet ne ratait jamais:

-Fumiste!…

L'interrupteur ne prononçait pas une syllabe de plus. Tel quel, le mot faisait son affaire. Est-il pire supplice qu'une eau qui tombe, goutte à goutte, toutes les vingt ou trente secondes, sur le crâne d'un infortuné captif? L'orateur n'y tenait plus, quand une inspiration géniale mit les rieurs de son côté.

Faisant face à son tortionnaire, il lui dit d'un ton glacial: Si le citoyen qui persiste à m’interrompre veut bien me dire son nom au lieu de sa profession, je serai enchanté de lui céder la parole. L'homme s'effondra et sa victime eut gain de cause sur toute la ligne.

Ce fut un tonnerre d'applaudissements.


retour - back 06 juillet 1924